PORTIFY Portage Salarial en ligne pour consultants professionnels et indépendants

Vers la fin du RSI pour les travailleurs indépendants : une bonne nouvelle?

Vers la fin du RSI pour les travailleurs indépendants : une bonne nouvelle?

Vers la fin du RSI pour les travailleurs indépendants : une bonne nouvelle?

Le premier Ministre Edouard Philippe devrait annoncer la fin du Régime Social des Indépendants (RSI) et le doublement du plafond du chiffre d’affaires des micro-entreprise.

portrait-rsx-en-bureau

Guillaume Guilhen, Directeur

Portify soutient résolument toutes les mesures visant à développer l’esprit d’entreprise et l’initiative individuelle. Celle-ci pourrait y concourir.

La fin programmée du RSI à l’horizon 2019 avec un rattachement progressif à l’URSSAF est une bonne nouvelle pour toutes celles et ceux qui ont eu affaire avec les méandres obscurs de l’administration du RSI (source : les Echos)

Mais tout ce qui brille n’est pas or.

Ne nous y trompons pas : rattachement à l’URSSAF ne signifie pas rattachement au régime général de la sécurité sociale. Les indépendants bénéficieront toujours d’une couverture sociale moins avantageuse que celles des salariés.

De plus, le doublement annoncé du plafond de chiffre d’affaires des micro-entreprises de 33 100€ à 66 200€ semble donner de l’air aux travailleurs indépendants. Ceux qui du moins, ont peur de voir leur micro-entreprise requalifiée par l’URSSAF.

Mais c’est oublier que la moyenne annuelle du CA des micro-entreprises est de 13680€, soit moins que le SMIC (source : Acoss Stat). Bon nombre de micro-entrepreneurs sont donc exclus de cette mesure.

Elle pourrait donc tenter plutôt, les professionnels des prestations intellectuelles notamment, qui atteignent rapidement leur plafond de chiffre d’affaires.

Mais qu’en est il vraiment?

Certains « mercenaires » seront tentés de profiter du taux de cotisation réduit de 22%.

Les autres constateront toutefois que ce régime de la micro-entreprise est le plus précaire en terme de protection sociale : ni retraite, ni filet de sécurité en cas de perte d’activité.

Et avec les affres administratifs, sociaux, fiscaux et comptables en supplément.

On paie pour ce qu’on a…

capture

 

Laisser un commentaire

Message
Name
E-mail
Website